ROLAND 909 Célébration: TB-03, TR-09 et VP-03

Roland 909 Célébration: TB-03, TR-09 et VP-03

Pour le 09 09 2016, Roland sort 3 nouveaux produits directement inspirés de la TR 909, la TB303  et le VP330.

Une petite piqûre de rappel sur Wikipedia nous dit tout des origines de ces instruments:

La TB 303:

303

La TB-303 Roland est un synthétiseur/séquenceur fabriqué par la société Roland entre 1982 et 1983. Cet instrument a joué un rôle important dans le développement de la musique électronique.

La TB-303 (TB pour Transistor Bass) était à l’origine destinée aux guitaristes pour servir de basse d’accompagnement quand ils s’entraînaient seuls, un rôle pour lequel sa sonorité s’est révélée inappropriée. 20 000 unités furent fabriquées pendant les 18 mois de production. Ce n’est que dans la seconde moitié des années 1980 que les DJ et les musiciens de Chicago et de Détroit trouvèrent un usage à cette machine aux sonorités dites « acides » pour la house au départ, puis dans la techno et enfin dans la trance à partir des années 90.

CHARANJIT SINGH – Synthesizing: TEN RAGAS TO A DISCO BEAT – india 1982 passe pour être le premier disque à utiliser la TB-303. Il utilise aussi dans ce LP une TR-808 et un Roland Jupiter-8.

Acid Trax de Phuture (1987) passe pour être le premier morceau de house à utiliser le son acid caractéristique de la TB-303. Moins célèbre, c’est plus probablement le titre I’ve Lost Control de Sleezy D (1985), composé par Marshall Jefferson, qui est le véritable initiateur de ce style à part entière.

 

La TR-909:

1_tr-909_total

 

La Roland TR-909 est créée par les ingénieurs Tadao Kikumoto (également créateur de la Bass Line TB-303), (modules de son) et Atsushi Hoshiai (système d’exploitation). Il s’agit d’un instrument technologiquement hybride grâce auquel certains sons sont générés par des circuits analogiques (grosse caisse, caisse claire, toms, clap et rimshot) tandis que les cymbales et les charlestons sont des échantillons (résolution 6 bits à 18 kHz) de véritables percussions stockés (compressés) et lus par des circuits numériques. Les modes de synchronisation couvrent également plusieurs technologies. La TR-909 possède trois connexions MIDI (une entrée et deux sorties) et une entrée DIN sync 24 compatible avec le matériel ancien de la marque. Les motifs rythmiques sont programmés et joués par un séquenceur via un clavier avec diodes qui matérialise 16 pas, une méthode d’édition déjà utilisée sur les TR-808 et TR-606. On peut ajouter un accent paramétrable (commun ou individuel) ainsi qu’une syncope (shuffle) et un roulement (flam). Une piste du séquenceur est réservée à un instrument externe pilotable par MIDI.

La TR-909 est considérée comme un échec commercial (environ 10 000 exemplaires fabriqués), elle est très vite retirée du marché). Les boîtes à rythmes américaines concurrentes (les modèles de Roger Linn, d’Oberheim ou de Sequential Circuits) possèdent des sonorités plus naturelles) et peuvent déjà incorporer des banques de sons supplémentaires, voire la possibilité de créer de nouveaux échantillons. Les grands studios les adoptent rapidement. La TR-909 sera la dernière boîte à rythmes Roland comportant des circuits analogiques, les premiers modèles numériques sortent dès 1985. La  termine la série TR en 1987. La TR-909 connaît une seconde vie à partir des années 1990. Elle devient une source sonore de référence pour de nombreux styles de  (notamment house, dance et techno), sa rareté et l’inflation des prix conduisent des constructeurs (Jomox, Novation) à la cloner, la copier ou bien l’imiter de manière logicielle (le fameux Rebirth338 de Propellerhead Software).

Peu fortunés, les premiers producteurs de musiques électroniques trouvent d’occasion des machines laissées pour compte, certaines d’entre elles possèdent des qualités cachées ou simplement ignorées pendant leur commercialisation. Tout comme la TR-808, la 909 possède son propre caractère. Ses sonorités analogiques et numériques sont très reconnaissables, elles sont dynamiques et efficaces. Le pied de grosse caisse est susceptible de descendre à de très basses fréquences, le « clap » (particulièrement réussi) et les charlestons filtrés et retravaillés offrent une très grande palette de sons percussifs. Le séquenceur, direct et très musical, donne un aspect vivant à toute composition, un « swing » qui sera la marque rythmique des premiers titres house et techno. De nombreuses transformations permettent d’étendre les possibilités sonores de la TR-909, durée de la grosse caisse, accordage des charlestons ou du rimshot, distorsion.

Le VP330:

vp330

Un instrument très cool que le vocoder VP330 dont Roland s’est servi de modèle pour le VP-03.

Rappelons le principe du vocoder:

Deux signaux, le porteur et le modulateur, sont passés dans une banque de filtres passe-bande. L’amplitude du modulateur (par exemple une voix via un microphone branché sur l’entrée prévue à cet effet)  est mesurée via un « suiveur d’enveloppe ». Les deux signaux sont ensuite modulés (multipliés) afin que l’enveloppe mesurée sur le modulateur soit appliquée au porteur.

Le porteur le plus souvent utilisé en application musicale est une sonorité de string, ou de pad synthétique, ce qui donne cette voix caractéristique style robot.

Le Roland VP-330 est un instrument hybride vocoder/chœurs/cordes produit de 1979 à 1980

Il est doté d’un clavier quatre octaves avec pitch bend par curseur (d’une octave vers le bas) et auto-bend. Le VP-330 est basé sur un système « paraphonique » : toutes les notes peuvent être jouées en même temps, mais l’enveloppe est unique pour l’ensemble du clavier, elle est réenclenchée en jeu staccato, ce qui la rend difficile à jouer.

Le clavier est séparable (« splitable ») en deux parties égales auxquelles peuvent être affectées indifféremment une ou plusieurs des trois sections.

Ses entrées :

  • une entrée micro (XLR et jack) pour le modulateur du vocoder ;
  • une entrée audio externe pouvant servir de porteuse pour le vocoder ;
  • une entrée pédale pour changer le pitch en temps réel ;
  • une entrée assez inusuelle appelée vocoder hold, permettant de bloquer les filtres de synthèse du vocoder dans un état donné, afin de conserver le même formant ;
  • absence d’une vraie entrée pédale sustain.

Le vocoder possède un réglage de cutoff du filtre de la porteuse ainsi qu’un interrupteur pour le chorus (« Ensemble »). Les chœurs possèdent deux registres (8′ et 4′) ainsi que ce même interrupteur de chorus et un réglage de l’attaque. Les cordes sont pourvues d’un réglage de cutoff du filtre et d’un réglage séparé de l’attaque (le chorus est toujours en fonction). Le réglage de release est commun aux 3 sections, et un vibrato réglable en vitesse, retard et profondeur peut s’appliquer au vocoder et aux chœurs.

Quelques artistes connus ayant utilisé le VP330: William Ørbit, BT, Styx, Kitaro, Underworld, Meat Beat Manifesto, Überzone, Air, Royksopp, Pink Floyd, Vangelis, Tangerine Dream, Laurie Anderson.

 

Les nouveaux produits Roland Celebration 909:

Célébration 909 TR-09:

tr-09_top_gal

 

La vidéo:

 

 

Célébration 909 TB-03:

tb-03_top_gal

La vidéo:

 

 

Célébration 909 VP-03:

vp-03_k-25m_angle_6_gal

 

la vidéo:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *